Résumé de l’étude EquiForCe 76

Les principaux acteurs de la gestion durable de la forêt et des cervidés en Seine-Maritime ont mis en place dès 2002 une démarche de concertation afin de mieux gérer l’équilibre forêt-cervidés. Ce partenariat est aujourd’hui confronté aux évolutions du contexte économique et de la réglementation en matière d’équilibre sylvo-cynégétique. L’étude EquiForCe 76 (Équilibre Forêt-Cervidés en Seine-Maritime) intervient dans ce cadre. Son objectif a été de réaliser une évaluation et un bilan des pratiques actuelles de concertation et de gestion de l’équilibre forêt-cervidés dans le département de la Seine-Maritime.

Les travaux menés ont eu comme objectif (i) d’évaluer le système de concertation en se basant sur des entretiens individuels, (ii) d’analyser d’un point de vue technique les suivis mis en œuvre sur le terrain et (iii) d’anticiper les conséquences des évolutions réglementaires sur le dispositif de gestion actuel, notamment celles des dispositions concernant la résorption des dégâts de cervidés en forêt (« points rouges »).

Les principaux résultats montrent que l’ensemble des acteurs se sont mobilisés dans une démarche participative avec la mise en place de moyens considérables ; ceci permet de mener une gestion concertée, basée sur une approche scientifique et des informations factuelles. Il s’agit d’une démarche similaire à la « gestion adaptative ». Les résultats de l’étude ont également identifié quelques verrous qui freinent le bon fonctionnement du système et son adaptation à un contexte changeant.

  • La méconnaissance du processus de concertation et des préoccupations des autres acteurs, ainsi que le manque d’empathie, persistent dans le système malgré les efforts de communication à différents niveaux entre les acteurs.
  • Les acteurs de terrain ont des connaissances partielles du système biologique et la rigueur lors de la collecte de données, nécessaire aux suivis par indicateurs de changement écologique (ICE), est lacunaire.
  • Les informations sur les dégâts de cervidés en forêt sont partielles et d’une qualité hétérogène, ce qui rend difficile l’exercice d’identifier des points rouges à résorber.

Les recommandations issues de ce travail interviennent d’un niveau départemental à un niveau local. Elles portent essentiellement sur des actions de renforcement des travaux en commun, d’accompagnement à la gestion adaptative et de sensibilisation :

  • l’encouragement d’un travail collectif sur des territoires pilotes ou sur des sujets sensibles comme le cerf à Brotonne,
  • l’aide et le soutien technique à la conduite d’une gestion adaptative, y compris les suivis par des indicateurs tels que les ICE et les indicateurs relatifs aux dégâts forestiers,
  • le renforcement des actions de communication entre les acteurs et auprès du grand public, ainsi que du contrôle et de la responsabilisation des acteurs de terrain.